Adieu robes fluides et espadrilles compensées, l’heure de la rentrée a sonné et avec elle l’envie irrépressible de faire « penderie neuve », de jouer avec les formes et les matières. Qu’à cela ne tienne ! Chez Wanted Gina, on se déhanche sur les Kills en mini à paillettes, on boutonne nos cols et on libère notre crinière frangée. Avec une pointe de nostalgie, la collection automne-hiver flirte avec l’esthétisme punk-rock des seventies et l’univers envoutant des films de Dolan. Noir et blanc, motifs graphiques et matières « cocon »… on ose la simplicité chic et affirmée. Rencontre avec la talentueuse et autodidacte créatrice Clarisse Mizrahi à travers un portrait libre et inspirant.

clarisse

F.M : Clarisse, quel a été ton parcours avant de créer ta marque Wanted Gina ? 

Avant de créer Wanted Gina, j’étais administratrice de production d’une compagnie internationale d’arts de rue. J’étais dans des bureaux, je recherchais des financements pour monter les spectacles. C’était assez dingue comme boulot parce que la compagnie existait depuis 10 ans et tournait partout dans le monde avec une quarantaine de comédiens en fixe. Il y avait de quoi faire, il fallait être bien organisée et avoir la pêche ! Un peu, voire très surprenant pour une styliste ; mais au final, créer sa marque de fringues seule, c’est aussi une grosse part de travail organisationnel et administratif, alors sans cette expérience, je ne sais pas si j’aurais réussi !

Je n’ai donc pas fait d’école de mode, j’ai étudié le droit et l’histoire puis travailler dans le milieu du spectacle pendant 4 ans. A 29 ans, un peu dans le cadre du boulot et un peu à titre personnel, j’ai fait un assez long voyage en Bolivie (mon pays d’origine). Dans un bus entre Sucre et La Paz, je me suis observée assise à mon bureau, frustrée de ne pas prendre part aux activités créatives de la compagnie. Je me suis dit qu’en rentrant, je poserai ma démission et que j’essaierai de monter la marque de fringues dont je rêvais depuis trop longtemps. Très cliché tout ça mais très vrai, c’est exactement ce qui s’est passé !

wanted_gina6

F.M : D’où te vient cette passion pour la mode, cette envie de créer ? 

Comme je disais, je n’ai pas fait d’école de mode. J’ai un père qui dessine très bien alors, surement un peu fascinée, j’ai commencé à apprendre le dessin et la peinture à l’huile dès mes 7 ans et j’ai continué jusqu’à mes 17 ans. Très vite, je me suis mise à dessiner des vêtements dont j’avais envie et je disais que plus tard, je serai styliste ! A 10 ans, on m’a offert ma première machine à coudre. Au lycée, je me cousais quelques vêtements et je rêvais de faire une école de mode. Mais, ce n’est pas ce qui s’est passé. Pendant toutes mes années d’étude secondaire, auxquelles je n’étais pas très assidue… je multipliais les petits plans à droite à gauche d’habillage et de création de costumes de théâtre et pour des films. Malgré 10 ans d’études et de premiers boulots dans un autre secteur, j’ai toujours gardé en tête l’idée qu’un jour je travaillerai dans le vêtement.

wanted_gina2

F.M : Qui est la fille « Wanted Gina » ?

La fille Wanted Gina a clairement quelques petits troubles du comportement vestimentaire ! Comme la créatrice d’ailleurs ! ;) Elle peut se réveiller un matin en voulant porter une chemise jaune à motifs cheval en plein hiver, passer la journée du lendemain en robe plus sobre et graphique et finir la soirée en teddy paillette dans un style rock. On me demande souvent : « Mais qui est Gina ? » J’aime bien jouer avec le côté un peu énigmatique de ce prénom. Comme au théâtre, les comédiens ont besoin d’imaginer l’histoire et le passé d’un personnage pour jouer un rôle, je m’invente une Gina et pour chaque nouvelle collection, j’essaie d’imaginer son histoire et ses goûts du moment.

wanted_gina3

F.M : Comment tes collections sont-elles conçues et fabriquées ? 

C’est un processus assez long qui dure en moyenne un an et demi. Je commence généralement par composer des planches d’inspirations qui me donnent l’ambiance générale de la collection à la fois des formes, des matières, des motifs et même du shooting photo final. Ensuite, je dessine toutes les formes des modèles sans penser aux tissus et je concrétise tous les modèles en toile blanche pour valider définitivement la coupe. Une fois que tout ça est prêt, je travaille avec une graphiste pour créer un motif, j’effectue des recherches matières. Avec tous ces éléments, je fais fabriquer les prototypes et organise le shooting photo. A cette étape, généralement 4 à 6 mois sont passés. Une fois que les boutiques ont passé commande, la fabrication est effectuée en France, à Paris dans un atelier.

Concernant la distribution, je privilégie maintenant les boutiques et Internet. Wanted Gina est distribué dans plusieurs boutiques à Paris, en province et à l’étranger. Sur Internet, on retrouve la marque sur le site mais aussi sur de nombreuses plateformes dédiés aux jeunes créateurs : Les petits Frenchies, Inside Closet, Brandalley … Au début, j’ai participé à de nombreux salons de créateurs mais là, j’ai décidé de lever le pied car cela me prend trop de temps et d’énergie mais je vais continuer à en faire quelques uns très ciblés. Pour cet hiver, à priori ce sera le Klin d’œil et le marché des modes à Lille.

wanted_gina4

Où puises tu l’inspiration pour imaginer tes créations ? ;)

Ce que je recherche dans la création de vêtements, c’est avant tout la dimension artistique : la composition couleurs / motifs / matières, l’architecture des coupes, l’image globale de la collection. Alors je suis ouverte à toutes sources d’inspiration !

Pour la collection printemps / été 2015, le point de départ a été l’exposition Bill Viola présentée cet été au Grand Palais et ses vidéos d’immersion aquatique. Avec la photographe Laura Bonnefous, nous avons ensuite choisi de mettre en avant les liens de la collection avec l’architecture. Dans le lookbook, les clichés des vêtements sont confrontés à des images de bâtiments. L’écho des couleurs, des plissés, des formes est évident et fait ressortir la cohérence de l’ensemble. Pour la collection suivante, j’ai recherché des photos punks, des clichés d’émeutes, de visages qui se tordent de Stanley Greene, Nan Goldin ou Christophe Agou par exemple. J’ai écouté les Kills en boucle et regardé des images des films de Xavier Dolan pour partir dans une esthétique plus rock et contrastée.

wanted_gina8

F.M : Quels sont les créateurs (mode, déco, bijoux…) qui t’inspirent le plus ?

C’est difficile à dire car comme j’aime que mes collections soient changeantes, je n’ai pas de créateurs qui me guident systématiquement. Mais j’ai une grande admiration pour Jean Paul Gauthier. Au delà de son travail, je crois que c’est sa personnalité qui me touche le plus. Il a été si libre et rebelle sans jamais tomber dans une démarche noire, toujours dans une énergie positive et délirante, je trouve ça très inspirant !

wanted_gina10

F.M : Où peut-on toucher, essayer, acheter ta collection ?

Depuis le mois d’Avril 2015, je suis installée dans un atelier que j’utilise aussi comme showroom. Il est situé au métro Jourdain 67 rue de la mare et j’accueille sur rendez-vous les clientes qui veulent me rencontrer et essayer les vêtements. En plus, nous sommes 5 créatrices dans ce lieu donc c’est très sympa de passer y faire un tour. Sinon, Wanted Gina est aussi distribué dans 4 boutiques à Paris – Lekker Koncept Store, Les Javottes, Les Voltigeuses, Virginie Mahé – puis à Lyon, Nantes, Périgueux et Bilbao.

wantedgina

F.M : Quelles sont tes bonnes adresses à Paris ? 

A titre perso, je me suis installée assez récemment dans le 19e arrondissement et j’adore découvrir des nouvelles adresses. Je passe beaucoup de soirée sur le canal de l’ourcq et les buttes Chaumont entre le Pavillon des canaux, le Pavillon puebla et les bancs publics… Mais récemment j’ai eu un coup de cœur pour un petit bar / resto caché dans le 20e arrondissement qui s’appelle Au fond du jardin. Quand on travaille beaucoup et qu’on est un peu stressé, ça fait beaucoup de bien d’aller trainer et de se détendre là bas !

wanted_gina9

F.M : Une destination de vacances bien méritée ?

Après avoir travaillé tout l’été, je pars quelques jours en Grèce à Amorgos, l’Ile où a été tourné Le Grand Bleu. Une destination parfaite pour se ressourcer il me semble ! ;)

Suivre Wanted Gina sur Facebook, Instagram et Pinterest et découvrir la nouvelle collection A/W sur le eshop

wanted_gina7Crédits photos : Frankie & Nikki 

 

A vous la parole :)

Comments are closed.